Elisabeth Borne, une Première ministre colérique ? “Elle peut hurler”

Ce lundi 16 mai, Élisabeth Borne a été nommée Première ministre par Emmanuel Macron, comme l’a annoncé l’Élysée. Avec son fort tempérament, la nouvelle locataire de Matignon a su s’imposer au sein du gouvernement, comme le révélait L’Opinion en avril 2021.

C’est officiel ! Après deux ans de bons et loyaux services, Jean Castex a donné sa démission à Emmanuel Macron, ce lundi 16 mai. Après des semaines de spéculations, le nom de sa remplaçante est enfin tombé. Jusqu’ici Ministre du travail, Élisabeth Borne a été choisie pour devenir la nouvelle Première ministre du chef de l’État. Alors que son nom ne cessait d’être au cœur de nombreuses rumeurs, la haute fonctionnaire de 61 ans a officiellement reçu les clés de Matignon. Intransigeante et véritable bourreau de travail, Élisabeth Borne ne laissera rien passer au sein du nouveau gouvernement, en témoigne son fort tempérament décrit par nos confrères de L’Opinion en avril 2021. « Entre le management inclusif et le « qui peut me suive », Borne a choisi. La rage d’être efficace explique l’impatience. » Et d’ajouter : « Elle se met en colère, elle peut hurler quand la réalité échappe à son contrôle, un état qui jure avec sa placidité affichée. »

Soucieuse d’atteindre ses objectifs, l’ancienne Ministre de la Transition écologique et solidaire ne « ménage pas ses efforts et en exige autant des autres, préfets, directeurs d’administration, proches collaborateurs », a fait savoir le quotidien dans ce long portrait d’Élisabeth Borne. Une personnalité dont la principale intéressée a pleinement conscience. « Je suis très engagée dans ce que je fais car les enjeux sont importants, a-t-elle avoué. Je peux m’emporter, mais trois minutes après je rigole. » Si elle peut se montrer très autoritaire envers ses collègues, celle qui a été nommée par François Hollande à la direction de la RATP sait également se montrer bienveillante à leur égard. « Je suis attentive aux problèmes de mes collaborateurs, je respecte leur temps de vie privée », a-t-elle précisé. Persuadée que « l’opiniâtreté » est la clé pour faire avancer les choses, Élisabeth Borne est prête à prendre ses nouvelles fonctions.

PHOTOS – Catherine Vautrin, Audrey Azoulay… Qui sont les favoris pour être Premier ministre ?

Élisabeth Borne : un choix qui ne fait pas l’unanimité

À la suite de la réélection d’Emmanuel Macron à la tête du pays, Élisabeth Borne s’est très vite retrouvée au cœur de toutes les attentions. Dès lors, certains membres du gouvernement ont assuré que l’ancienne pépite de la Nation serait à la hauteur et prête à mettre les bouchées doubles : « Elle ferait une très bonne première ministre, ce serait un geste significatif de nommer une femme. »  Si elle « coche beaucoup de cases » pour succéder à l’ancien maire de Prades, certaines ministres n’ont pas hésité à pointer du doigt certains des défauts d’Élisabeth Borne. Selon une source anonyme, interrogée par Le Point le mardi 26 avril 2022, la mère de famille a la réputation d’être « froide comme un glaçon ».

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet