Élisabeth Borne Première ministre : Jean-Luc Mélenchon sort (déjà) la sulfateuse…

À 61 ans, Élisabeth Borne a été nommée Première ministre par le président de la République, ce lundi 16 mai. Une arrivée à Matignon déjà largement commentée par Jean-Luc Mélenchon. Et pour cause, sur Twitter, le leader de la France Insoumise n’a même pas attendu l’annonce officielle pour afficher son mécontentement.

Après la démission de Jean Castex, c’est Élisabeth Borne, jusqu’ici ministre du Travail, qui prend sa place à Matignon. « Le Président de la République a nommé Mme Elisabeth Borne, Première ministre et l’a chargée de former un Gouvernement », a annoncé l’Élysée dans un communiqué. Une arrivée très remarquée pour celle qui fut ministre des Transports, de la Transition écologique et du Travail dans les gouvernements Philippe puis Castex. Elle devient en effet la deuxième Première ministre de l’histoire de la Ve République. Mais du côté de l’opposition, Jean-Luc Mélenchon n’a pas attendu l’annonce officielle de cette nomination pour clamer sa colère. Dès 17h47, soit environ 30 minutes avant la divulgation de l’identité de la Première ministre, il n’a en effet pas hésité à vivement réagir. « Borne : baisse de l’allocation d’1 million de chômeurs, suppression des tarifs réglementés du gaz, report de 10 ans de la fin du nucléaire, ouverture à la concurrence de la SNCF et RATP. Très pour la retraite à 65 ans. En avant pour une nouvelle saison de maltraitance sociale ! », a ainsi écrit le leader de la France Insoumise sur Twitter.

Par la suite, lors de sa prise de parole, Jean-Luc Mélenchon a vigoureusement dénoncé l’arrivée d’Élisabeth Borne au poste de chef du gouvernement. « Avec la nomination de Madame Élisabeth Borne commence une nouvelle saison de maltraitance sociale« , a déclaré l’homme politique. Et d’insister : « Il y a bien un troisième tour avec les élections législatives. Il existe une possibilité, pour les Français, de renvoyer madame Borne et de faire un autre choix avec ma candidature au poste de Premier ministre« . L’occasion pour Jean-Luc Mélenchon d’appeler une nouvelle fois les électeurs à instaurer une cohabitation à la tête de l’État.

#Borne : baisse de l’allocation d’1 million de chômeurs, suppression des tarifs réglementés du gaz, report de 10 ans de la fin du nucléaire, ouverture à la concurrence de la SNCF et RATP. Très pour la retraite à 65 ans. En avant pour une nouvelle saison de maltraitance sociale !

>>> PHOTOS – Jean-Luc Mélenchon : découvrez les femmes qui ont compté dans sa vie

Élisabeth Borne : un choix déjà décrié

Avec ses compétences, la nouvelle locataire de Matignon a donc su s’imposer au sein du gouvernement. Pour autant, selon une source anonyme, interrogée par Le Point, le mardi 26 avril, 2022, Élisabeth Borne a la réputation d’être « froide comme un glaçon ». Un caractère sur lequel la principale intéressée était déjà revenue bien avant auprès de L’Opinion, en avril 2021. « Je suis très engagée dans ce que je fais car les enjeux sont importants. Je peux m’emporter, mais trois minutes après je rigole« , avait-elle déclaré au média. Et celle qui avait été nommée par François Hollande à la direction de la RATP de préciser : « Je suis attentive aux problèmes de mes collaborateurs, je respecte leur temps de vie privée ».

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Michael Baucher / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet