Élisabeth Borne : cette méthode efficace qu’elle utilisait pour énerver ses collaborateurs

Dans la matinale de RTL, vendredi 20 mai 2022, la journaliste Isabelle Choquet a révélé une ruse qu’aurait utilisée Élisabeth Borne pour déstabiliser ses collaborateurs masculins. Et apparemment, sa méthode a bien fonctionné.

Restez informée

Elle est désormais Première ministre sous Emmanuel Macron. Élisabeth Borne a remplacé Jean Castex à Matignon, depuis le lundi 16 mai 2022. Celle qui était auparavant ministre du Travail a toujours su imposer ses idées à ses collaborateurs, et même quand ces derniers étaient des hommes. En effet, la nouvelle cheffe du gouvernement a très souvent tenu des postes dans lesquels elle devait s’imposer en tant que femme. Ainsi, elle aurait l’habitude d’user d’une petite méthode assez efficace pour déstabiliser ses collaborateurs masculins. C’est Isabelle Choquet qui a révélé cette ruse, dans la matinale de RTL, vendredi 20 mai 2022. En effet, la journaliste a tenu à ressortir un passage d’un article publié dans le Journal des Femmes, rédigé en 2021.

Élisabeth Borne : « Mais qu’est-ce qu’il lui a promis ? »

Et une chose est sûre, Élisabeth Borne a de la suite dans les idées : « Quand j’étais la seule femme dans un comité exécutif d’une entreprise que je ne nommerai pas, évidemment chacun se demandait qui va être promu, qui va avoir le plus gros poste le coup d’après ». L’actuelle locataire de Matignon s’amusait alors à jouer un rôle : « Du coup, j’avais pris le parti à chaque fois que j’allais voir le PDG de sortir du bureau en souriant », avait-elle alors confié dans le Journal des Femmes. Un simple sourire qui pouvait « déstabiliser beaucoup » ses collaborateurs. « Ils se disaient : ‘Mais qu’est-ce qu’il lui a promis’. » Mais attention, ce n’est pas parce qu’Élisabeth Borne a su dompter certains hommes, qu’elle a balayé d’un revers de la main sa féminité : « On ne doit pas se déguiser en homme parce qu’on a des responsabilités ». Si elle est sûre de ses capacités et de son talent d’adaptation, la remplaçante de Jean Castex n’était pas un choix inné pour Emmanuel Macron. En effet, selon nos confrères du Figaro, dans un article publié le 16 mai 2022, une autre femme politique était en lice pour prendre la tête de Matignon : Christine Vautrin. « Jusqu’à la dernière minute, ça a failli être elle. Mais la nommer, cela revenait pour beaucoup à abandonner le progressisme constitutif de notre ADN, et dont on a toujours fait une marque de fabrique », aurait expliqué un conseiller de l’Élysée.

Source: Lire L’Article Complet