Édouard Philippe revient sur la mort de son père et son choix "impressionnant" d'arrêter ses traitements

Invité du Journal inattendu sur RTL le samedi 13 novembre 2021, Édouard Philippe s’est confié sur les derniers jours de son père, disparu en 2014. L’occasion pour l’ancien Premier ministre de dévoiler son opinion au sujet de la fin de vie.

  • Édouard Philippe

Dans Le sioux, biographie écrite par Bérengère Bonte et qui lui est consacrée, Édouard Philippe se dévoile. Un ouvrage dans lequel il évoque sa carrière politique, mais également sa vie familiale. En effet, l’ancien Premier ministre s’autorise quelques confidences personnelles en racontant, notamment, les derniers jours de son père atteint de diabète. Et samedi 13 novembre 2021, sur l’antenne de la radio RTL, le compagnon d’Édith Chabre n’a pas hésité à revenir sur ce douloureux sujet. Au micro d’Anaïs Bouton, dans Le Journal inattendu, Édouard Philippe a ainsi raconté ses derniers instants vécus avec celui qui est décédé le 29 septembre 2014. « J’ai grandi avec un père qui était malade. Ça ne se voyait pas tout le temps […] il était malade avant que je naisse. À la fin de sa vie, sa maladie a empiré« , a ainsi expliqué le maire du Havre.

Un témoignage fort dans lequel Édouard Philippe a également révélé que c’est son père qui a choisi de stopper son traitement. « Il a décidé d’arrêter sa dialyse, parce qu’il était diabétique. Il en avait assez qu’on lui coupe l’orteil, puis ensuite le pied, puis ensuite le genou […] il a décidé que ça allait bien et que maintenant on allait arrêter« , a indiqué l’homme politique de 50 ans. Et d’ajouter concernant cette ultime décision : « J’ai très bien compris son choix et ai été impressionné à la fois par la force de sa résolution et sa capacité à expliquer pourquoi il le faisait. Ce n’était pas un choix d’abandon, mais de ‘je décide du moment’« . Pour autant, pas question pour Édouard Philippe de délivrer une opinion tranchée sur la fin de vie. « Je reconnais que j’ai encore un peu besoin de réfléchir« , a avoué l’ex-locataire de Matignon.

Au chevet de son père chaque jour, jusqu’au dernier

Au travers des 350 pages qui composent l’ouvrage Le sioux (Ed. Archipel), Édouard Philippe évoque également avec émotions les derniers instants partagés avec son père. A l’époque, il est à son chevet chaque jour, jusqu’au dernier : « La dernière fois, il était bien, on s’est parlé, on s’est embrassé. On savait que c’était la dernière ou l’avant-dernière. Il était un peu angoissé par la mort, mais comment ne pas l’être ? », explique-t-il à Bérengère Bonte dans des propos relayés par Gala le 10 novembre 2021. Quatre jours plus tard, au funérarium du Havre « une foule chante du Boby Lapointe », détaille l’auteure du livre. Et, « armé de ses souvenirs », l’homme politique rend un dernier hommage à celui qui a été d’une grande « dignité » : « J’ai fait un discours qui était pas mal. J’ai fait rigoler tout le monde, j’étais content ».

A lire aussi : Édouard Philippe : ses rares confidences sur sa femme Édith et son rôle de papa

Source: Lire L’Article Complet