Édouard Philippe : cette astuce pour garder secret le nom de son parti

Ce samedi 9 octobre, Édouard Philippe lance officiellement son parti politique au Havre. Le nom de celui-ci n’a toujours pas été dévoilé et sera gardé secret jusqu’au dernier moment grâce à une tactique bien précise.

Être différent des autres et ne pas tomber dans le déjà-vu, une démarche adoptée par Édouard Philippe pour le lancement de son parti politique, ce samedi 9 octobre. Et pour marquer le coup, le maire du Havre ne dévoile aucune indication concernant le futur nom du parti. Une tactique complètement volontaire : « Son souhait est de sortir de la litanie des discours qui rasent tout le monde. On est en train de chorégraphier tout ça«  a expliqué un parlementaire dans les colonnes de Libération, ce vendredi 8 octobre. Pour éviter toute fuite et ne pas prendre de risque, le nom du parti ne serait évoqué sur aucun papier. Il sera finalement annoncé lors de la réunion publique ce samedi, dans la salle du Carré des docks, au Havre.

Le succès semble être au rendez-vous pour Édouard Philippe avec déjà « plus de 3.000 tickets » réservés gratuitement en ligne selon nos confrères de Libération. Parmi les invités, des sénateurs et une trentaine de députés seront de la partie. Bien entendu, les membres de la République en marche seront également présents aux côtés de Christophe Castaner. Ce nouveau parti est d’abord prévu pour donner un coup de pouce à Emmanuel Macron à la présidentielle de 2022, en attirant les électeurs de droite. En effet, l’ancien Premier ministre a été clair quant à sa position pour la prochaine élection : « Je soutiendrai le président de la République. Je pense et j’espère qu’il sera candidat », avait-il affirmé dans l’émission Sept à Huit sur TF1, le 13 septembre dernier.

Confiance et méfiance

Malgré cette alliance solide et cette loyauté envers le chef de l’État, l’ambition d’Édouard Philippe inquiète certains macronistes. Le maire du Havre serait en train de « sculpter ce qui l’a distingué du Président pendant les trois ans où il a été Premier ministre », a déclaré un député LREM au quotidien. La crainte que celui-ci pose les bases d’une possible candidature pour 2027 tout en « débauchant des parlementaires » est présente dans les têtes de certains. Mais selon les philippistes, pas de panique : « C’est un mouvement qui contribue à élargir la majorité présidentielle« , a expliqué un membre de ce nouveau parti.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : VANSTEENKISTE STEPHANE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet