Dominique Strauss-Kahn : qui était Brigitte Guillemette, sa 2ème épouse décédée ?

Certains l’ignorent, mais Dominique Strauss-Kahn, dont le nom est cité dans l’affaire des Pandora Papers à laquelle s’intéresse Cash Investigation ce jeudi 7 octobre, a été marié quatre fois. Avant sa relation médiatisée avec Anne Sinclair, l’ancien patron du FMI a vécu avec Brigitte Guillemette, décédée d’un cancer en 2013.

Dominique Strauss-Kahn est de retour sur le devant de la scène, mais pas forcément pour les bonnes raisons. Après avoir été mêlé aux affaires du Sofitel de New York et du Carlton de Lille, le nom de l’ancien président du FMI figure dans une nouvelle affaire baptisée « Pandora Papers. » Dans une enquête dévoilée ce dimanche 3 octobre, le Consortium international des journalistes d’Investigation (ICIJ) a révélé la dissimulation par des personnalités de milliards de dollars dans des comptes off-shores. Désormais installé au Maroc avec sa nouvelle épouse Myriam L’Aouffir, Dominique Strauss-Kahn pourra sans doute compter sur le soutien de celle-ci dans cette épreuve. Avant elle, il a partagé la vie d’Anne Sinclair, mais pas que… Au cours de sa vie, celui qui a été maire de Sarcelles a été marié quatre fois. Après une première union avec Hélène Dumas, la mère de ses trois premiers enfants, il a refait sa vie au côté de Brigitte Guillemette.

Lorsqu’elle a commencé à fréquenter Dominique Strauss-Kahn dans les années 1980, Brigitte Guillemette était âgée d’une trentaine d’années. Déjà titulaire d’un doctorat en économie, elle évoluait en tant que PDG au sein du Groupe Corolle PR, filiale du groupe Mattel. En 1985, elle a donné naissance à une fille, Camille, avec laquelle DSK a déjeuné avant d’être arrêté à New York en 2011. Les deux amoureux se sont dit « oui » un an plus tard. Un mariage qui a toutefois été de courte durée puisque le couple a divorcé en 1989. Deux ans plus tard, Dominique Strauss-Kahn a convolé en troisièmes noces avec la journaliste Anne Sinclair.

Une carrière bien remplie

Malgré son divorce, la mère de Camille a poursuivi sa route. Après avoir travaillé au sein du groupe Corolle PR, elle a été nommée directrice du département commercial de TF1, un poste qu’elle a assuré de 1990 à 1992. Les années suivantes, elle a été directrice générale d’Image et Opinion Consultants, puis chargée de mission auprès du président du groupe Havas, comme l’a rapporté le site des Echos en 1999. En parallèle de sa carrière professionnelle, Brigitte Guillemette est aussi connue pour être la marraine de Tristane Banon.

Un soutien pour DSK

Malgré sa séparation avec l’ancien ministre de l’Économie, Brigitte Guillemette n’a pas hésité à monter au créneau pour défendre son ex-mari. Au moment de l’affaire du Sofitel de New York, celle qui est décrite comme « une femme de caractère » par L’Internaute s’est exprimée dans les colonnes du Parisien : « C’est quelqu’un de doux, la violence ne fait pas partie de son tempérament. Il a beaucoup de défauts mais pas celui-là ! », a-t-elle affirmé, selon des propos rapportés par Closer. Et de pointer du doigt les incohérences de la police : « Depuis l’arrestation, je constate que les policiers ont changé de version. Ils ont d’abord situé les faits vers 13 heures. Quand ils ont appris que ce n’était pas possible, car à cette heure-là Dominique déjeunait avec sa fille, ils ont situé l’horaire à midi. » À l’époque, l‘intéressée s’était d’ailleurs rendue aux États-Unis pour épauler DSK.

Lorsque l’affaire Tristane Banon a retenti dans la presse, elle a donné une interview à L’Obs pour clarifier la situation et annoncer son intention de porter plainte pour diffamation contre Anne Mansouret, la mère de Tristane Banon. « Rien de ce que cette femme raconte n’est vrai : je ne suis pas une de ses proches, ma fille Camille n’a jamais été une amie de Tristane Banon. Tous les propos qu’elle me prête sont faux. Nous sommes pris dans un délire glauque et malsain qu’il est grand temps de stopper« , a-t-elle affirmé. Et d’ajouter : « Si je porte plainte aujourd’hui, c’est simplement pour tenter, si possible, de rétablir la vérité et de préserver notre tranquillité« , a-t-elle expliqué à nos confrères, soulignant qu’elle n’avait qu’une « obsession » : protéger sa fille. Après s’être battue pour sauver l’honneur de son ex-mari, et celui de leur fille, Brigitte Guillemette est décédée en 2013, des suites d’un cancer.

Crédits photos : JACOVIDES-MOREAU / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet