Covid-19 : un confinement strict comme pour les 3 premières vagues est-il possible ? La réponse du gouvernement

À l’issue d’un conseil des ministres extraordinaire, mercredi 11 août 2021, Gabriel Attal, a annoncé une série de nouvelles mesures pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Mais un confinement strict est encore exclu malgré la gravité de la situation.

  • Gabriel Attal

Plus efficace qu’un calmant, une conférence de presse du gouvernement. Alors que la plupart des Français profitent de quelques jours de vacances, Emmanuel Macron et ses ministres ont écourté les leurs pour se réunir et évoquer la crise sanitaire qui paralyse encore le pays. “Je tenais à ce que nous puissions réunir ce Conseil sanitaire car sous l’effet du variant dit Delta, la situation sanitaire est plus que délicate et impose notre mobilisation”, a expliqué le chef d’Etat, le mercredi 11 août 2021, très inquiet par la flambée des cas de contamination aux quatre coins de l’Hexagone. Ainsi pour endiguer cette quatrième vague, l’exécutif, mis une nouvelle fois sous pression, a dû prendre plusieurs mesures, annoncées par Gabriel Attal, lors d’un point tenu à Ajaccio. Les tests de dépistage du Covid-19 sans prescription médicale seront payants à partir de la “mi-octobre”, afin de favoriser la vaccination, solution prônée par le gouvernement pour contrer l’épidémie.

Le confinement strict ? “Pas du tout dans l’esprit”

Cette annonce vient compléter les mise en place du pass sanitaire et d’une campagne de rappel de vaccination pour les populations à risque. Car, le gouvernement veut absolument éviter ce qui se déroule actuellement en Outre-Mer, où a été décidé un confinement renforcé avec la fermeture des restaurants, bars et plages. Une telle instauration en métropole est pourtant exclue, selon Gabriel Attal. “Ce n’est pas du tout dans l’esprit avec les mesures que nous prenons. C’est bien de garder une vie la plus normale possible”, a-t-il expliqué, rappelant la nécessité de passer par la case vaccination pour faire dérailler la mécanique du virus. “Evidemment, ce sont des contraintes pour les restaurateurs, mais c’est ce qui nous permet de les maintenir ouverts. Grâce à la vaccination, nous avons des corrélations entre le nombre de contaminations et le nombre de cas graves. C’est donc important de continuer à se vacciner car c’est ce qui nous protège à prendre des mesures très difficiles.Un message martelé encore et encore jusqu’à pénurie de salive.

A lire aussi : Test PCR et antigénique : combien coûteront-ils à partir de la mi-octobre ?

Source: Lire L’Article Complet