Corinne Masiero nue et ensanglantée aux César : elle revient sur son coup d’éclat

Dans un article du Parisien publié le 15 mars, Corinne Masiero est revenue sur son intervention remarquée aux César vendredi dernier. La comédienne, qui s’était mise nue sur scène, explique qu’elle n’avait pas prévenu les organisateurs de sa décision.

Vendredi 12 mars 2021, alors que la 46e cérémonie des César battait son plein, Corinne Masiero est venue sur scène pour remettre le prix du meilleur costume. Dans le thème, l’interprète de Capitaine Marleau est arrivée vêtue d’un costume de Peau d’âne ensanglanté. Face à la moue sceptique de Marina Foïs – la maîtresse de cérémonie – devant cet accoutrement, Corinne Masiero retire alors la peau de l’animal pour révéler une longue robe blanche couverte de sang. "C’est Carrie au bal du diable", lance l’actrice face à une Marina Foïs toujours aussi interloquée. "Il me reste une dernière tenue, après j’en ai plus", intervient alors Corinne Masiero, avant de se dénuder complètement devant l’assistance. Sur son buste, l’inscription "No culture, no future", qui fait référence aux salles de cinéma et de spectacle fermés. Sur son dos, "Rends l’art, Jean", un message adressé au gouvernement pour la réouverture des lieux de culture, formulé comme un écho à l’invective "Rends l’argent" qui avait poursuivi l’affaire Fillon. Une chose est sûre, les internautes ne sont pas restés de marbre face à cette intervention, condamnée par certains, louée par d’autres. Dans les colonnes du Parisien, Corinne Masiero est revenue sur son geste. "Donner une image forte a plus d’impact qu’une prise de parole géniale", explique la comédienne, qui ajoute que Marina Foïs n’était pas au courant de cette mise à nue. "Comme pour toute action, il ne faut pas prévenir pour ne pas mettre les gens dans la merde. J’assume donc seule ce qu’il s’est passé ensuite." Si Corinne Masiero reconnaît que son acte n’était pas "forcément rigolo", elle explique être "contente de l’avoir fait."

Corinne Masiero : "On est en train de crever"

"La prise de parole de chacun est importante, et c’est avec des gouttes d’eau qu’on arrivera à faire changer les choses", lance l’actrice avant d’ajouter "On demande à faire des tests pour rouvrir les salles. Il faut nous laisser bosser (…) On est en train de crever, de s’asphyxier."

Source: Lire L’Article Complet