Comment le fisc surveille vos réseaux sociaux

Sur Twitter, Instagram ou encore Facebook… Pendant trois ans, Bercy va surveiller les publications des contribuables pour contrôler les activités illicites, les activités professionnelles non déclarées et es fausses domiciliations.

Restez informée

Attention à vos posts sur les réseaux sociaux ! Depuis le début de l’année 2021, le fisc surveille les publications 2.0. des contribuables. Bien décidés à lutter contre la fraude fiscale et le détournement d’argent, les douanes et l’administration traquent sur Instagram, Facebook ou encore Twitter et les sites de reventes et de relations entre particuliers comme Leboncoin et Vinted, Airbnb, BlaBlaCar les activités des contribuables. L’objectif : s’assurer que ces derniers ont bien un mode de vie en accord avec leurs déclarations fiscales et la loi. Et à ceux qui pourraient crier à l’atteinte à la vie privée ou s’insurger contre ce nouvel algorithme en faveur de la Direction générale des Finances publiques, ce dispositif est autorisé par « l’article 154 de la loi de Finances pour 2020 et piloté par la Direction générale des finances publiques (DGFIP), doit durer trois ans », rapportent nos confrères du Figaro.

Quels sont les publications surveillées par les finances publiques ?

Seront dans le viseur DGFIP : « Les activités occultes et illicites (les trafics, par exemple), les activités professionnelles non déclarées (comme du commerce en ligne) ou encore les fausses domiciliations« . Le journal précisé qu’ « un contribuable qui poserait devant une voiture de luxe alors qu’il déclare de faibles revenus ne sera par exemple pas inquiété ». Le décret détaille : “Seuls les contenus se rapportant à la personne qui les a délibérément divulgués et dont l’accès ne nécessite ni saisie d’un mot de passe ni inscription sur le site en cause peuvent être collectés et exploités”. En plus de ne pas avoir recours aux comptes privés, les agents de la DGFIP ne pourront utiliser un système de reconnaissance faciale.

Pour parvenir à ses fins, Bercy utilise la technique de « webscraping » qui permet d’extraire certains contenus en ligne tout en s’aidant des API, (des interfaces mises en place par les applications pour que des tiers puissent les exploiter, ndlr). Ces systèmes permettent de de surveiller un grand nombre de publications sur les réseaux sociaux  afin de repérer celles qui dénotent. Le décret d’application du 13 février 2021, précise que le dispositif commence avec « une phase d’apprentissage et de conception » suivie « d’une phase d’exploitation des données ».

Source: Lire L’Article Complet