“Comme s’il cherchait à se protéger” : ce que l’écriture de Cédric Jubillar révèle de son caractère

Jeudi 20 janvier, dans les colonnes de La Dépêche, nos confrères rapportent avoir fait appel à un graphologue afin d’examiner les lettres rédigées par Cédric Jubillar à sa compagne Séverine L. L’occasion pour l’expert de partager ses premières impressions sur le caractère du principal suspect…

Ce jeudi 20 janvier, nos confrères de La Dépêche se sont intéressés à l’affaire Delphine Jubillar. Et plus particulièrement au sujet des lettres envoyées par son compagnon, Cédric Jubillar – actuellement incarcéré à la maison d’arrêt de Seysses (Haute-Garonne) – à sa nouvelle compagne Séverine L. Des manuscrits écrits par le principal suspect de l’affaire judiciaire suite aux récents aveux de son ancien voisin de cellule.

Suite à l’expertise du graphologue, nos confrères rapportent que l’écriture du peintre-plaquiste est majoritairement “homogène, simple et enfantine. Pourtant, même si ce dernier estime que “Cédric Jubillar n’a pas l’habitude d’écrire”, le graphologue fait également part que les lettres rédigées par le père de famille sont un peu confuses. Car dans ses récits, Cédric Jubillar ponctue son propos par deux signatures : l’une jugée “molle” et l’autre faite “dans un mouvement plus ferme”. Ce qui, selon l’expert, serait le signe que “Cédric Jubillar cherchait à se protéger” lorsqu’il les a écrites…

Cédric Jubillar, un manipulateur ?

Même si le graphologue estime que Cédric Jubillar a une écriture plutôt “enfantine”, Me Philippe Pressecq, a un tout autre avis sur la question. Invité sur BFMTV afin de partager son opinion sur l’affaire judiciaire, l’avocat de la cousine de Delphine Jubillar a partagé un tout autre portrait de Cédric Jubillar. « Je crois que depuis le début, Cédric Jubillar joue avec tout le monde, avec son entourage, avec les enquêteurs, avec les juges…« , indiquait-il le 17 janvier dernier.

Et de poursuivre, au sujet des fouilles qui se déroulent actuellement à proximité du domicile familial : « Je n’ai pas l’impression que ces fouilles risquent d’avoir des résultats probants, parce que nous sommes toujours dans les investigations nécessaires. (…) C’est assez glauque, assez malsain, mais nous sommes, je pense, dans la provocation. Cédric Jubillar veut amener les enquêteurs à suivre des pistes.”

Crédits photos : Capture d’écran Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet