Claude Guéant a sorti le carnet de chèques : pourra-t-il sortir de prison ?

Après avoir été placé en détention, Claude Guéant a payé sa dette ce jeudi 16 décembre. Son avocat a également demandé sa remise en liberté.

Claude Guéant a payé la totalité de sa dette de 292 000 euros jeudi 16 décmebre, a rapporté Actu Paris ce dimanche 19 décembre. Pour verser cette somme, Claude Guéant a utilisé des prêts qui lui ont été accordés par certains de ses proches, a révélé Le Point. Suite à cela, son avocat Me Philippe Bouchez el-Ghozi a demandé la remise en liberté de son client. Cette information a été confirmée par nos confrères de l’AFP, dont Europe 1 se fait l’échos.

Pour rappel, l’ancien ministre de l’Intérieur sous Nicolas Sarkozy a été placé en détention lundi 13 décembre, pour ne pas avoir payé en temps et en heure la somme qu’il devait au Trésor public. En 2017, il avait été condamné à une peine de deux ans de prison dont trois mois de sursis dans l’affaire des primes, qui a été révoquée par la justice, précise Le Point. Il avait également écopé d’une amende de 75 000 euros, qu’il aurait eu du mal à verser aux fonds de l’État. Pour se justifier, Claude Guéant avait annoncé qu’il était en incapacité de la régler avec son salaire de 1 622 euros par mois, après prélèvement.

Retour sur l’affaire des primes

En 2013, l’affaire des primes au ministère de l’Intérieur a éclaté pour Claude Guéant. Ce dernier était accusé de s’être versé 5 000 euros en liquide tous les mois, entre 2002 et 2004. Cet argent provenait d’une somme qui était à l’origine destinée à financer les enquêtes et les surveillances des policiers. Puis, en 2017, l’homme politique a été condamné à deux ans de prison et 75 000 euros d’amende. L’objet de cette sentence : complicité de détournement de fonds publics et recel. Mais sa peine ne s’arrête pas là, il devait également verser la somme de 210 000 euros de dommages-intérêts à destination de l’État.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet