Chrysoula Zacharopoulou : qui est la ministre accusée de viols ?

Les accusations de viols continuent à pleuvoir sur le gouvernement. Après l’affaire Damien Abad, la secrétaire d’État Chrysoula Zacharopoulou est visée par deux plaintes, dévoile Marianne ce mercredi 22 juin.

A propos de


  1. Emmanuel Macron


  2. Julie Gayet

Avant d’être nommée secrétaire d’État, Chrysoula Zacharopoulou était gynécologue. Ce mercredi 22 juin, Marianne révèle que la politique est accusée de viols. Elle est visée par deux plaintes, l’une déposée fin mai, l’autre ce lundi 16 juin. Les faits litigieux se seraient déroulés en 2016 dans « un cadre médical ». Une enquête a été ouverte le 27 mai par le parquet de Paris pour déterminer « si les faits sont susceptibles de tomber sous le coup d’une qualification pénale ». L’ancienne députée européenne LREM, désormais chargée du Développement de la Francophonie et des Partenariats internationaux, exerçait à l’époque à Paris. Elle était sous la direction d’Émile Daraï, un médecin accusé de viols et de violences gynécologiques par vingt-cinq patientes selon France Info.

Née en 1976 en Grèce, Chrysoula Zacharopoulou est fille de militaire. Elle étudie à Rome, où elle se spécialise sur l’endométriose. En 2007, la trentenaire s’installe en France. Huit plus tard, elle crée avec Julie Gayet l’association Info-Endométriose, destinée à sensibiliser les femmes à cette maladie gynécologique chronique, qui est particulièrement douloureuse. Un travail, qui lui vaudra d’être récompensé de l’ordre national du Mérite par François Hollande. En janvier, c’est à Emmanuel Macron que la médecin remettait un rapport sur cette maladie.

PHOTOS – Gouvernement d’Emmanuel Macron : Gérald Darmanin, Pap Ndiaye… découvrez les ministres d’Élisabeth Borne

Chrysoula Zacharopoulou, la politique aux mille casquettes

Médecin, élue députée européenne en 2019 et désormais secrétaire d’État, Chrysoula Zacharopoulou ne se contente pas d’être engagée en politique. Elle copréside également le conseil du COVAX, crée durant la pandémie de Covid-19 afin de répandre des vaccins dans les pays les plus pauvres. Une charge qu’elle continue à porter, en plus de sa nomination auprès du gouvernement. De nombreux engagements, qui lui valurent d’être distinguée du Prix de la femme politique d’influence par le Cercle des femmes d’influence en 2021.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet