Cédric Jubillar et le mystère de la machine à laver : le témoignage troublant de sa compagne Séverine

Lors d’une interview accordée à Femme Actuelle le 11 août 2021, Séverine, la nouvelle compagne de Cédric Jubillar, a fait des révélations troublantes au sujet de cette machine de linge que le suspect aurait lancée peu après la disparition de sa femme.

  • Delphine Jubillar

Un élément à charge qui sème le trouble. Le 18 juin 2021, Cédric Jubillar, époux de Delphine Jubillar disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, était incarcéré pour “homicide volontaire sur conjoint” à la prison de Seysses. Et pour cause, le père de famille de 33 ans, qui continue de clamer son innocence, a livré des explications “aléatoires” aux enquêteurs. De plus, lors de la venue des gendarmes au domicile des Jubillar à Cagnac-les-Mines le 16 décembre au matin, une machine aurait été lancée par Cédric Jubillar contenant la couette de son épouse. Du moins, c’est ce qu’affirmait un gendarme le 18 juin 2021 lors d’une conférence de presse. Selon Séverine, la nouvelle compagne du suspect, qui s’est confiée à Femme Actuelle le 11 août 2021, cet argument est totalement infondé.

Cédric Jubillar a-t-il lancé la machine à laver à 4h50 ?

Séverine, convaincue de l’innocence de son compagnon rencontré à une battue en avril dernier, avait bondi de sa chaise en découvrant les éléments à charge cités par le procureur le 18 juin 2021. Interrogée au sujet de cette machine lancée par Cédric Jubillar, la mère de famille de 44 ans s’est insurgée : Ce sont des preuves montées de toutes pièces. (…) Concernant la lessive, elle n’a pas été faite à 4h50 du matin, elle a été faite 36h plus tard. Les pas du podomètre ? Il n’y a pas eu 40 pas mais 258. Cédric a appelé 189 fois sa femme cette nuit-là, il ne faut pas tout écouter”, nous avait-elle confié. Et de conclure : “La moitié est déformée. Les avocats de Cédric eux-mêmes ont dit que les éléments avaient été présentés de manière fallacieuse, ce n’est pas pour rien.”

Lors de la conférence de presse tenue le 18 juin 2021, un gendarme de la section de recherche de Toulouse avait en effet cité cette machine comme un élément à charge dans le dossier de Cédric Jubillar : “Quand les gendarmes arrivent, Cédric Jubillar lance une machine à laver avec la couette du canapé, sur lequel dort son épouse. Il n’y a pas à ce moment de soupçons à l’encontre du mari. La couette, entre-temps, a été retirée de la machine à laver. Des expertises doivent être menées sur le contenu du siphon de l’appareil”, avait-il affirmé. Deux versions qui s’affrontent depuis maintenant huit mois dans une enquête sans aveu ni corps. Pour l’heure, Cédric Jubillar, placé en détention provisoire, est toujours présumé innocent.

Source: Lire L’Article Complet