Cédric Jubillar bientôt libéré ? Cette audition qui pourrait tout changer

Après une demande de remise en liberté avortée, Cédric Jubillar est toujours en détention provisoire. Dans les colonnes de « Femme Actuelle », l’un des avocats de l’époux de Delphine Jubillar, Me Jean-Baptiste Alary, a évoqué la prochaine audition de ce dernier et toute son importance.

Il se trouve toujours dans la prison de Seysses, prés de Toulouse. En détention provisoire depuis le 18 juin, Cédric Jubillar s’est vu refuser sa demande de remise en liberté. À plusieurs reprises, ses avocats ont dénoncé le manque d’éléments dans son dossier, alors qu’il est mis en examen et soupçonné d’avoir tué Delphine Jubillar, disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Dans les colonnes de Femme Actuelle, Me Jean-Baptiste Alary est revenu sur la situation de son client, mais aussi sur sa prochaine audition, qui s’annonce importante. Celle-ci devrait en effet se dérouler dans d’autres conditions pour l’époux de la disparue.

Me Jean-Baptiste Alary explique que Cédric Jubillar n’était pas disposé à répondre correctement aux questions qu’on lui posait. « Lors de l’interrogatoire, alors que nous sortions d’une comparution intense, nous n’avions que quelques dizaines de minutes pour prendre connaissance du dossier de 10 000 pages… Il lui était donc impossible de répondre aux questions des magistrats », justifie l’avocat. En effet, Cédric Jubillar a fait « des déclarations spontanées » au juge, en confirmant uniquement les réponses qu’il avait données lors de sa garde à vue.

Une enquête critiquée

Avec cette nouvelle audition, Cédric Jubillar devrait ainsi pouvoir apporter d’autres réponses et ses avocats pourront « vérifier tout ce qui ne l’a pas été ». Me Jean-Baptiste Alary pointe en effet du doigt la façon dont les enquêteurs ont géré le dossier. Il émet notamment des critiques sur l’idée toute faite que l’époux de Delphine Jubillar serait le coupable, en écartant d’autres pistes. « On n’a pas vérifié si son téléphone bornait, on n’a pas regardé les pneus de sa voiture, on n’a pas fait de perquisition chez lui », énumère l’avocat au sujet d’un homme qui avait dévoilé à sa compagne par SMS avoir tué Delphine Jubillar. Il poursuit en s’intéressant cette fois à la disparue : « La piste du départ volontaire n’a pas non plus été exploitée. Albi est à deux heures de route de l’Espagne, et ils n’ont même pas été demander les vidéos du péage. Elle aurait pu partir en Espagne de gré ou de force… » À ce jour, Cédric Jubillar, qui clame toujours son innocence, est présumé innocent.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Capture d’écran Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet