“Ce que j’ai vécu est le quotidien de beaucoup d’enfants aujourd’hui” : le témoignage poignant de Christophe Beaugrand

Invité dans C à Vous ce jeudi 4 novembre, Christophe Beaugranf s’est livré à cœur ouvert au sujet de son expérience avec le harcèlement scolaire.

Dans son ouvrage Fils à papa(s) – paru le 7 octobre 2021 aux éditions Plon – Christophe Beaugrand raconte son parcours du combattant pour devenir père mais pas que. L’animateur phare de TF1 a également couché sur papier son expérience avec le harcèlement scolaire. Une épreuve difficile qu’il a accepté d’évoquer à nouveau sur le plateau de C à Vous ce jeudi 4 novembre. Se décrivant comme "bouc émissaire" au moment des faits, il aborde ce passé avec recul. Il a confié avoir été moqué notamment en raison de poids mais aussi pour sa sexualité. "Dès qu’on a une petite différence, c’est forcément une porte d’entrée pour les moqueries. Et puis, très rapidement, j’ai senti cette différence du fait d’être homosexuel. Quand j’étais gamin, les autres l’ont peut-être vu avant moi."

Christophe Beaugrand a eu droit aux pires insultes. "Je me faisais traiter de ‘pédé’, de ‘sale gros’ et c’est le quotidien de beaucoup de gamins aujourd’hui", a-t-il rappelé. Un rappel amer de la campagne #Anti2010 lancé sur les réseaux sociaux contre les élèves de sixième, entre autres faits de harcèlement scolaire qui peuvent, parfois, mener à de bien tristes dénouements. D’après lui, l’homosexualité serait même "la première raison de harcèlement scolaire." Impossible pour le principal concerné de ne pas avoir une pensée pour Dinah, qui a mis fin à ses jours après avoir été harcelée à l’école pendant plusieurs mois. La jeune fille de 14 ans a été la cible d’insultes racistes lorsqu’elle a mentionné son attirance pour les filles auprès de ses amies. "Elle est devenue bouc-émissaire, elle est devenue la ‘sale lesbienne’."

Christophe Beaugrand ciblé par des "torrents d’insultes"

Le présentateur de Ninja Warrior n’a alors pas pu cacher son émotion en faisant référence à Samira Gonthier, la mère de l’adolescente. "J’ai une pensée pour cette maman qui, un soir va dans la chambe de sa fille et elle s’est pendue", a poursuivi Christophe Beaugrand. En effet, Dinah s’est donnée la mort dans la nuit du 4 au 5 octobre 2021. Une triste preuve que le harcèlement scolaire peut tuer. "Elle avait 14 ans, elle avait déjà fait une tentative de suicide à 12 ans", a regretté Christophe Beaugrand. Il a lui-même été ciblé par les moqueries et des "torrents d’insultes" en raison de bottes – qualifiées de "bottes de filles" – que sa mère lui avait offertes. Et il se souvient encore de l’indifférence des adultes présents à son école. Heureusement pour lui, l’absence des réseaux sociaux lors de son enfance ont pu lui accorder un peu de répit, contrairement aux enfants de 2021, suivis par leurs harceleurs jusque dans leurs chambres.

Source: Lire L’Article Complet