« Ça me donne envie de dégueuler ! » : Robert Ménard ne mâche pas ses mots

Ce mardi 17 août, Robert Ménard s’est lâché au micro d’Europe 1. Le maire de Béziers, favorable au pass sanitaire, a été révolté par ceux qui accusent Emmanuel Macron d’être un “apprenti dictateur”.

À l’heure où les manifestations se poursuivent et le pass sanitaire continue de diviser l’opinion, les débats sur le sujet sont plus présents que jamais. Invité sur Europe 1 pour l’interview politique, Robert Ménard a été particulièrement franc, ce mardi 17 août. Lorsqu’il s’agit d’argumenter sur la mise en place du pass sanitaire, le maire de Béziers n’a qu’une seule réponse : “Je suis pour, c’est la seule solution !” Contrairement aux partisans du Rassemblement National, dont il a le soutien, l’homme politique de 68 ans est favorable à cette mesure. Le journaliste est surtout indigné par l’usage du mot “dictature” pour qualifier le gouvernement d’Emmanuel Macron.

Outré, Robert Ménard n’a pas caché sa colère sur l’antenne d’Europe 1 : Permettez-moi de pouffer de rire quand j’entends un certain nombre de gens parler de dictature, que Monsieur Macron serait un apprenti dictateur. […] En France c’est une imbécilité de dire ça ! Révolté, le maire de Béziers a poursuivi : “Et puis il y a des choses qui me révulsent. Quand je vois que le pass sanitaire serait l’étoile jaune, mais ça vous donne envie de dégueuler. Depuis la mise en place de ce système, de nombreux Français dénoncent une atteinte à la liberté. Le mot “dictature” revient alors très régulièrement lors de certaines manifestations contre les mesures appliquées.

Robert Ménard : "Je suis pour le pass sanitaire. C'est la seule solution. Cela me fait pouffer de rire quand j'entends des gens parler de dictature" pic.twitter.com/nAnyzu5M3u

La “peur de ne pas être assez radicaux”

Dans cette même interview, Robert Ménard n’a épargné personne. Sans même laisser la parole, l’essayiste a dénoncé une forme d’appréhension “de la part de l’extrême droite et de la droite classique, une peur d’assumer des accords avec Monsieur Macron lorsqu’il fait une chose intelligente. Moi ça ne me gêne absolument pas, mais eux, ils ont tellement peur de ne pas être assez radicaux, a-t-il déclaré. Ce n’est pas la première fois que le maire de Béziers est à contre-courant de ses habituels alliés. Toujours à propos du pass sanitaire, l’homme politique avait déjà pris la parole au mois de juillet, sur BFMTV, pour dénoncer “la folie” de la “triplette Asselineau, Dupont-Aignan et Philippot”.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Michael Baucher / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet