Bruno Retailleau renonce à la présidentielle : « Je ne suis pas le mieux placé pour battre Emmanuel Macron »

Dans un entretien donné au Figaro, Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, a indiqué qu’il ne participera pas à la prochaine élection présidentielle.

Il ne sera pas le prochain président de la République. Bruno Retailleau ne participera finalement pas à la primaire de la droite qui pourrait mener Les Républicains (LR) à désigner leur candidat pour l’élection présidentielle de 2022. Il l’a officiellement annoncé ce vendredi 27 août lors d’un entretien accordé au Figaro. Désireux qu’un “candidat de droite devienne le prochain président de la République”, le président du groupe LR au Sénat a indiqué “en toute sincérité”, ne pas être “le mieux placé pour battre Emmanuel Macron”.

Bruno Retailleau le concède, il souffre d’un déficit de notoriété auprès des Français face à ceux qui auraient pu être de potentiels concurrents. “D’autres candidats à droite sont plus connus, soit parce qu’ils ont été ministres, soit parce qu’ils ont été très médiatisés par la campagne des régionales”, a-t-il fait part auprès de nos confrères du Figaro. Par cette déclaration, l’ex-président du conseil général de la Vendée fait notamment référence aux candidatures déclarées de Valérie Pécresse, Xavier Bertrand ou encore Michel Barnier.

Bruno Retailleau, partisan d’une “droite exigeante”

Le président de groupe Les Républicains au Sénat aurait “pu [se] maintenir pour s’offrir un tour de piste médiatique”. “Vouloir exister à tout prix, même au prix du collectif, ce n’est pas ma conception de la politique, a-t-il ajouté. Mais, sa non-candidature marque en aucun cas un début d’effacement opéré par Bruno Retailleau. Au contraire, il compte bien peser dans les débats et défendre la mise en place “d’un système de départage”, alors même que les contours de la primaire sont encore flous et l’union “est indispensable”. Sur le fond des idées, il surveillera de près à ce que “la droite exigeante” soit “la droite dominante” qui mènera le candidat de son parti jusqu’aux portes de l’Élysée.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Federico Pestellini / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet