Bataille et Fontaine : les raisons surprenantes de leur clash avec TF1

Invités à participer au podcast Radar présenté par Éric Dussart le vendredi 27 novembre 2020, Laurent Fontaine et Pascal Bataille ont expliqué pourquoi ils n’étaient pas étonnés par l’arrêt de leurs programmes sur TF1.

Restez informée

Ils ont incarné le duo phare de TF1 dans les années 2000 avec leurs émissions Y’a que la vérité qui compte et Bataille et Fontaine, devenues cultes. Alors que Laurent Fontaine et Pascal Bataille se sont éloignés l’un de l’autre lorsque le premier a soutenu le mouvement La république en marche d’Emmanuel Macron, les anciens acolytes se sont retrouvés grâce à Eric Dussart, le vendredi 27 novembre 2020, le temps d’une émission. Invités à participer à son podcast Radar, les animateurs ont eu l’occasion de parler du bon vieux temps, de leurs programmes bien souvent jugés voyeuristes, mais aussi de l’ambiance chez TF1. Pour Pascal Bataille, l’arrêt d’Y’a que la vérité qui compte en 2006 a été un véritable “soulagement” en raison de la pression quotidienne.

Pascal Bataille s’est également souvenu du jour où ils ont été les premiers à accueillir un couple homosexuel l’année du Pacs. “La chaîne nous faisait une guerre chaque semaine et nous disait ‘Arrêtez de montrer des pédés à la télé !’ C’était ça qu’on nous disait dans les réunions car ‘Vous perdez 700 000 téléspectateurs quand vous montrez un couple de pédés’ et nous on disait que non. Que notre émission devait servir à ça. C’était des combats, mais on a tenu bon. Beaucoup de pression, mais que du bonheur”, a-t-il balancé.

Bataille et Fontaine, heureux loin des plateaux de télé ?

“Quand ça s’est arrêté, il y a eu autre chose. On fait de la radio ensemble, qu’on a toujours adoré faire. On a fait des choses séparément. Et moi, je ne peux pas dire, et je pense que Laurent, c’est la même chose, que je sois moins heureux aujourd’hui sans faire de télé qu’à l’époque”, a ajouté Pascal Bataille sous le regard de son camarade qui n’a pas démenti.

Ce dernier n’a pas non plus était surpris par leur départ de TF1 : “On savait qu’un jour ça s’arrêterait. Il y a peu de gens pour qui ça ne s’arrête jamais. À part Laurent Ruquier, etc…”. Quant à leur relation, il a expliqué : “On s’est moins vus depuis trois, quatre ans, pour des raisons qui sont liées beaucoup à la politique et à l’éloignement géographique. J’ai soutenu l’actuel président quand il faisait campagne en 2016. Pascal était très violent, à mon sens”.

Source: Lire L’Article Complet