Alain Gillot-Pétré “jaloux” : la confidence de Laurent Cabrol sur le présentateur météo

Auprès du magazine Le Point, Laurent Cabrol a glissé une confidence au sujet d’Alain Gillot-Pétré, qui n’aurait pas pu cacher sa jalousie à son égard. 

Homme de radio, écrivain et homme de télévision, Laurent Cabrol a eu mille et une vies. Après avoir fait ses armes au côté de Jacques Martin, il a notamment pu remplacer Patrice Laffont aux commandes de Des chiffres et des lettres sur Antenne 2. Son succès a été tel qu’il a tapé dans l’œil de TF1 afin d’y présenter Les Marches de la gloire. Un véritable carton précédemment introduit sur Antenne 2. Si bien que, à ses yeux, son succès aurait fait un envieux. À savoir Alain Gillot-Pétré. Récemment interrogé par le magazine Le Point, le présentateur a laissé entendre que son rival lui aurait chipé la météo de TF1, chaîne dont ils ont tous les deux fait partie durant les années 1980 et 1990.

Il n’en a pas dit plus au sujet de cette rivalité, mais reconnaît que son transfert d’Antenne 2 à la première chaîne de France a été rythmé par le scandale. Polémique qui aurait pu ouvrir la voie à Alain Gillot-Pétré ? En effet, pour le service public, Les Marches de la gloire n’était autre qu’une copie de La Nuit des Héros, que Laurent Cabrol a présenté sur la deuxième chaîne. Résultat, TF1 a été condamnée à verser près de 55 millions de francs de dommages et intérêts, soit 8,4 millions d’euros, en 1993. "C’est mon grand regret. Je n’aurais pas dû quitter Antenne 2. Je n’avais pas l’esprit TF1. J’ai fait une connerie", se désole désormais Laurent Cabrol, dont l’image aurait été considérablement ternie par le tollé.

De quoi est mort Alain Gillot-Pétré ?

Mais s’il a succédé à "des somnités" à l’image de Pierre Bellemare, il a tout de même pu rebondir et a été reconnu pour avoir animé le Téléshopping dès septembre 1994 et jusqu’en 2008, lorsqu’il a cédé sa place à Marie-Ange Nardi. La météo a fait le beau temps dans la vie professionnel d’Alain Gillot-Pétré, puisqu’il a enchaîné les émissions sur TF1. Rien n’a pu stopper son ascension : les téléspectateurs lui ont décerné le trophée du meilleur présentateur météo à cinq reprises. Le 1er juin 1998, cependant, alors qu’il présente un nouveau bulletin, il fait un malaise en direct et reprend du service après quatre mois de pause. Il n’apparaît cependant plus qu’irrégulièrement. Au crépuscule de l’année 1999, il rend son dernier souffle à Issy-les-Moulineaux, terrassé par un cancer.

Source: Lire L’Article Complet