Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, excédé, évoque "un lynchage"

Suite à la parution de La Familia Grande, livre dans lequel Camille Kouchner accuse le politologue Olivier Duhamel d’avoir commis l’inceste sur l’un de ses frères, Alain Finkielkraut a pris la parole sur le plateau de LCI. Lundi 11 janvier 2021, le philosophe a évoqué un “lynchage” généralisé.

  • Olivier Duhamel

“Société victimaire”, “justice de prétoires”, “régression”, le philosophe n’a pas manqué de mots pour faire savoir son mécontentement. Et pour cause, le 7 janvier 2021, Camille Kouchner, fille de l’ancien ministre Bernard Kouchner, publiait son ouvrage La Familia Grande, dans lequel elle évoque les agressions sexuelles commises à répétition par son ancien beau-père, Olivier Duhamel, sur son frère “Victor”. Une parution qui a fait l’effet d’une bombe dans l’opinion publique tandis que dans la famille de l’autrice, ce ne serait que le rappel d’un vieux secret de famille. Comme le raconte la juriste de quarante-cinq ans, toute la famille de la victime aurait été mise au courant des faits, et pourtant… chacun a gardé le silence. Y compris Evelyne Pisier, la mère de “Victor” et ex-femme de Bernard Kouchner. Seul ce dernier, excédé, aurait voulu “péter la gueule” au bourreau de son fils. Une histoire sordide qui n’a pas vraiment ému Alain Finkielkraut, au contraire… celle-ci a eu plutôt tendance à l’excéder.

“Tous les plateaux de télévision étaient des tribunaux avec une surenchère dans la condamnation”

Invité sur le plateau de l’émission 24h Pujadas le lundi 11 janvier 2021 sur LCI, Alain Finkielkraut, connu pour ses innombrables coups de sang, s’est exprimé au sujet de “L’affaire Duhamel”. S’il estime que le constitutionnaliste est inexcusableface à la gravité des faits qui lui sont reprochés, il dénonce cependant “le lynchage” médiatique qui s’est abattu sur lui : “Ce n’est jamais un progrès mais une régression quand une société fait ou refait son unité autour du sacrifice d’une victime expiatoire, cette victime fut-elle coupable. D’autre part, quand la justice sort du prétoire, elle sort en même temps de la civilisation. Voilà pourquoi je parle de lynchage, a-t-il expliqué, tentant de masquer son agacement. Mais ce n’est pas tout.

Alain Finkielkraut a également condamné certaines chaines de télévision pour avoir enfoncé le clou sans aucune dimension de justice : “On s’unit contre lui. Tous les plateaux de télévision de ces derniers jours étaient des tribunaux avec une surenchère dans la condamnation. C’est un rebut de l’humanité, c’est un monstre, son crime est abominable (…) Là il n’y pas d’avocat, et il ne peut pas y avoir de contradictoire car ni la victime, ni l’accusé ne parlent”, a affirmé Alain Finkielkraut, désireux de voir la justice faire son œuvre. Procès qui devrait d’ailleurs avoir lieu. Comme l’a révélé L’Opinion, Olivier Duhamel s’est entouré de Me Frédérique Baulieu, l’un des avocats de Dominique Strauss-Kahn au moment de l’affaire du Carlton, pour se défendre à la barre. Interrogé par Le Monde sur les faits évoqués dans le livre, celui-ci affirme qu’il n’a “rien à dire”.

Finkielkraut défend Olivier Duhamel, parle de lynchage, ou c’est pas un enfant, c’est un adolescent…. pic.twitter.com/AWRHYlm161

Source: Lire L’Article Complet