Affaire du Grêlé : cette amie d'enfance à qui il a proposé de se suicider avec lui

Lundi 4 octobre 2021 sur BFM TV, le fils d’une amie d’enfance du tueur en série François Verove, plus connu sous le pseudonyme du « Grêlé », a raconté comment ce dernier a proposé à sa mère de se suicider à deux lorsqu’ils étaient adolescents.

Restez informée

C’est l’affaire qui agite toute la France : jeudi 30 septembre 2021, Le Point révèle qu’un ancien gendarme à la retraite s’est suicidé alors qu’il devait faire l’objet d’analyses ADN dans le cadre de l’enquête sur le Grêlé. De son vrai nom François Verove, il est formellement identifié par les analyses comme étant le tueur recherché depuis près de 35 ans par les forces de l’ordre, principal suspect dans le meurtre d’une fillette de 11 ans, nommée Cécile Bloch, ainsi que de trois autres meurtres et pas moins de six viols. Un homme qui aura échappé durant de nombreuses années aux enquêteurs en usant de différents stratagèmes, passant notamment de la gendarmerie à la police nationale pour brouiller les pistes. Mais sentant l’étau se resserrer autour de lui, François Verove a fini par se donner la mort, laissant une troublante lettre d’aveux sur de potentiels autres crimes.

« C’était quelqu’un qui avait l’esprit tourmenté »

La tâche des enquêteurs consiste désormais à interroger l’entourage du tueur pour mieux comprendre son parcours. Et les langues commencent d’ailleurs à se délier : lundi 4 octobre 2021, le fils d’une amie d’enfance de François Verove a accepté de témoigner à visage masqué sur BFM TV. Il dresse le portrait d’un adolescent, confident de sa mère, mais aussi profondément torturé : « Ils avaient de longues discussions parfois, ils se racontaient leurs vies, ce qui se passait bien, ce qui ne se passait pas bien. Ils parlaient beaucoup de leurs états d’âme, de leurs problèmes » commence-t-il.

« Il y a un soir où ils discutaient de ce qui se passait pas forcément bien dans leur vie, comme tout adolescent parfois, on a des problèmes, des états d’âme, elle lui confiait cela et lui pareil. Il avait parfois des problèmes au niveau de sa famille, avec son père. Et un soir il lui propose de se suicider tous les deux. La réaction de ma mère, évidemment, a été un petit peu un choc » ajoute le jeune homme. Selon lui, sa mère a ressassé ces moments partagés et estime qu’elle aurait pu déceler des signes : « A posteriori, elle se dit quand même qu’il y avait peut-être quelques petits indices qu’on n’a pas trop voulu voir. En tout cas, c’était quelqu’un qui avait l’esprit tourmenté » conclue-t-il. De quoi envisager le pire ?

Source: Lire L’Article Complet