Affaire Clémentine Sarlat : un journaliste impliqué va contester son licenciement

L’affaire de harcèlement moral et sexiste envers Clémentine Sarlat lorsqu’elle travaillait à la rédaction des sports de France Télévisions va prendre une nouvelle tournure, judiciaire, cette fois : Pierre-Etienne Léonard, licencié à la fin du mois de juillet, va saisir le conseil des prud’hommes.

Clémentine Sarlat

Samedi 1er août, l’affaire Clémentine Sarlat a connu un rebondissement majeur : trois journalistes ont été licenciés de France Télévisions. Cette décision fait suite aux révélations de la journaliste sportive, en avril dernier. A L’Equipe, elle confiait son calvaire vécu quand elle était en poste sur France 2. Co-présentatrice de Stade 2, la journaliste avait été victime d’un harcèlement moral et sexiste. “J’allais à Stade 2 en pleurant”, racontait Clémentine Sarlat, pour prouver son désarroi à l’époque. Les coupables, identifiés à la suite d’une enquête interne, ont donc été punis par le groupe audiovisuel. Mais un d’entre eux ne compte pas en rester là.

Aucun fait ne lui serait “imputable”

Pierre-Etienne Léonard est, avec Alain Vernon et Jean-François Laville, l’un des trois journalistes renvoyé de la chaîne dirigée par Delphine Ernotte. Il a décidé de contester son éviction devant les prud’hommes. “Le motif de licenciement est totalement infondé”, a souligné son avocate Mathilde Derudet dans un communiqué envoyé à l’AFP. Face à la juridiction compétente, Pierre-Etienne Léonard compte prouver “l’absence totale du moindre comportement ou du moindre propos discriminatoire en apportant de nombreux témoignages”, a ajouté son avocate, qui a pointé un “contexte général” dont aucun fait n’est “directement imputable” à son client. Si l’annonce des licenciements pouvait faire croire que le chapitre de cette affaire allait se clore, un nouveau volet, judiciaire cette fois, s’ouvre désormais.

Source: Lire L’Article Complet