Adèle Haenel victime "d’attouchements sexuels" : Marion Cotillard partage un vibrant message de soutien

Dans une interview accordée à Mediapart, Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia de l’avoir abusée pendant trois ans lorsqu’elle était mineure. Parmi les personnes qui lui ont témoigné leur soutien, Marion Cotillard, lui a adressé un hommage vibrant.

Deux ans après #MeToo le combat continue et les langues se délient. Le 3 novembre dernier, Adèle Haenel révélait dans une enquête publiée par Mediapart qu’elle avait été victime d’"attouchements sexuels" et de "harcèlement" de la part du réalisateur Christophe Ruggia, de ses 12 à 15 ans. Un traumatisme qui l’a longtemps poursuivie, et dont elle a décidé de parler après avoir vu le documentaireLeaving Neverland sur Michael Jackson.

Un témoignage salué par de nombreuses personnalités, et notamment Marion Cotillard, qui lui a adressé un hommage vibrant. "Adèle, Ton courage est un cadeau d’une générosité sans pareil pour les femmes et les hommes, pour les jeunes actrices et acteurs, pour tous les êtres abîmés qui savent maintenant grâce à toi qu’ils n’ont pas a subir cette violence. Et pour ceux qui l’ont subie, qu’ils peuvent parler, ils seront écoutés et entendus", écrit ainsi la comédienne oscarisée sur son compte Instagram, en légende d’un portrait d’Adèle Haenel.

Marion Cotillard poursuit ensuite en précisant que la comédienne "brise un silence si lourd" et que son "témoignage est d’une puissance inouïe", et "résonne profondément", avant de conclure : "Chère Adèle, Tu marques l’histoire. L’histoire de cette révolution libératrice. Notre histoire et celle de nos enfants. J’ai une gratitude infinie envers toi." Un message de soutien qui n’est également pas sans rappeler celui publié par Flavie Flament, qui a elle aussi été victime de violences sexuelles à l’âge de 13 ans, qui avait écrit sur son compte Instagram que "aujourd’hui, Adèle a arraché le bâillon qui la muselait depuis si longtemps. Pour remettre le monde à l’endroit. Pour que d’autres, aussi, se rassurent, trouvent la force d’oser et comprennent que parler est le début d’une certaine consolation", avant de la remercier.

Source: Lire L’Article Complet