« Académie Française assurée ! » : Jean Castex ridiculisé par Isabelle Balkany

Sur Twitter, Isabelle Balkany s’est montrée consternée face à une déclaration de Jean Castex dans laquelle il aurait utilisé un mot ne figurant pas dans le vocabulaire français.

En déplacement dans l’Aude, mercredi 11 août, Jean Castex a été pris à partie par une habitante. L’accusant de “parader”, la passante a notamment reproché au Premier ministre de “tuer la France et les commerçants”. “Je ne parade pas d’abord et je n’ai tué personne au contraire. J’essaie de les sauver, je pense que vous vous trompez, s’est défendu le haut-fonctionnaire face à ces propos. Si, beaucoup ont retenu cet échange houleux, c’est plus particulièrement le prolongement de cet échange qui a interpellé Isabelle Balkany.

Selon la femme de Patrick Balkany, en tendant bien l’oreille, le Premier ministre aurait utilisé un verbe qui ne figure pas dans le lexique français. Jean Castex aurait ainsi déclaré “J’en ai saineetsauvé” au sujet des commerçants. Écoutez-bien… Castex invente le verbe ‘saineetsauver’… Académie Française assurée !”, a-t-elle écrit, avec ironie, sur Twitter, ce jeudi 12 août.

Oui, mais un PM, qui n'est d'ailleurs pas un "élu" de la République, mais un "nommé", est censé savoir parler Français !!

Jean Castex “censé savoir parler français”

Sous son tweet, en réponse à un internaute reprochant à la passante de ne pas “parler correctement à un élu de la République”, Isabelle Balkany a rappelé qu’un Premier ministre “n’est d’ailleurs pas un ‘élu’ de la République, mais un ‘nommé'” par le président de la République. Il “est censé savoir parler français !!”, a-t-elle ajouté. L’échange avec ce même internaute s’est poursuivi. Ce dernier indiquant que Jean Castex “n’est pas le seul à parler comme un basque espagnol” et que ce “n’est pas évident pour lui, cette crise sanitaire dépasse tout le monde !”. Des propos qui n’ont pas convaincus l’ex-femme politique engagée notamment à la ville de Levallois-Perret : Aucune crise, de quelque nature que ce soit, n’implique de massacrer notre langue !“, a-t-elle surenchéri.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Federico Pestellini / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet