5 moments où… Jacques Chirac s’est fait recadrer par Bernadette

Couple emblématique de la Ve République, Bernadette et Jacques Chirac ont tout traversé sous le regard des Français. Succès, amour, adultère… De la Corrèze à l’Élysée, en passant par la mairie de Paris, rien (ou presque) n’a eu de secret pour le public. Y compris leurs multiples scènes de ménage. Retour sur 5 moments où l’ex-Première dame a dû taper du poing sur la table.

Elle fidèle, lui volage : aussi soudés qu’opposés sur bien des aspects, Bernadette et Jacques Chirac auront occupé une place à part dans l’histoire des couples élyséens. Il faut dire que sous les ors de la République, leur mariage n’a jamais plié face aux nombreuses conquêtes de l’homme d’État. Des vies parallèles que l’ex-Première dame a souvent acceptées en plus de 60 ans d’union, même si elle n’a pas toujours été l’épouse docile et effacée que l’on a caricaturée. Ces 5 exemples en témoignent.

1. Quand Jacques Chirac a dû virer sa conseillère

Infidélités, affaires judiciaires… Bernadette Chirac a résisté à tout pendant plus d’un demi-siècle. Mais a-t-elle déjà failli craquer et pensé au divorce ? La réponse est oui. D’abord en 1978, lorsque la future Première dame réclame à tout prix le renvoi de Marie-France Garaud. Puissante conseillère de l’ombre, de la mairie de Paris à Matignon, elle n’a pas été une énième conquête mais « l’éminence grise » de Jacques Chirac, y compris dans sa vie intime. Sauf qu’à force de se mêler des affaires privées du couple, elle agace Bernadette. « Ce sera elle ou moi !« , menace-t-elle un jour son mari. La redoutable spin doctor, qui avait pourtant réussi à éloigner son poulain de sa maîtresse Jacqueline Chabridon, sera finalement congédiée. Et « Bernie », lassée d’être « prise pour une imbécile« , savourera sa vengeance avec une formule appartenant à l’histoire : « On ne se méfie jamais assez des bonnes femmes« .

2. Quand Jacques Chirac était introuvable le soir de la mort de Diana

Où dormait-il cette nuit-là ? Bientôt 25 ans après le tragique accident de Lady Di à Paris, c’est toujours l’un des secrets les mieux gardés de la République. Même si la rumeur – confirmée par son ex-chauffeur – veut que Jacques Chirac ait passé la nuit du 31 août 1997 chez… Claudia Cardinale. Ce soir-là, son énième escapade pose en tout cas un sérieux problème aux conseillers élyséens : les heures passent, le prince Charles s’apprête à arriver et il faut réveiller le président en urgence. Appeler Bernadette ? C’est à Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Intérieur, que revient cette délicate mission. « Est-ce que vous pouvez imaginer où est mon mari, à cette heure-ci…« , s’agace la Première dame au bout du fil. Son époux s’étant réveillé un peu trop tard, c’est sans lui qu’elle ira se recueillir sur la dépouille de Lady Di. La sentence tombe pour Jacques Chirac : sous la pression de Bernadette, il aurait mis fin à son idylle avec la star italienne. À contrecœur.

>> Découvrez notre diaporama sur Bernadette Chirac

3. Quand Jacques Chirac voulait voter François Hollande

Ils étaient liés par un amour : celui de la Corrèze. En plein été 2011, la course à l’Élysée se profile entre Nicolas Sarkozy et François Hollande et Jacques Chirac ose dire devant les caméras qu’il votera pour le candidat socialiste. Tout le monde s’en amuse, sauf son épouse. « C’était une maladresse, il a regretté par la suite« , recadre-t-elle illico. La réalité est toute autre, mais « Bernie » n’en a que faire : c’est elle qui détient la procuration, comme elle l’avoue à des militants UMP sur un marché de la capitale. Son mari glissera donc un bulletin Sarkozy. Contre son gré. « Il pense qu’il a voté pour moi, c’est le principal« , en sourira François Hollande.

4. Quand Jacques Chirac a dragué une élue PS

Sa marionnette aux Guignols, ses visites au salon de l’Agriculture et… cette scène de drague. Parmi tout ce qui a fait la popularité de Jacques Chirac, impossible d’oublier la séquence de 2009 où l’ex-président tente de charmer Sophie Dessus, élue corrézienne disparue en 2016, au premier rang d’un discours de… Bernadette. « Vous savez les femmes, il faut se méfier« , lui glisse-t-il à l’oreille. Avant de se faire rappeler à l’ordre par « Bernie », beaucoup moins amusée que son mari.

5. Quand Jacques Chirac a emmené sa maîtresse en voyage officiel

Heureusement pour lui, la presse people n’existait pas. Au mitan des années 70, le regard de Jacques Chirac se porte déjà sur d’autres femmes que Bernadette. Comme Jacqueline Chabridon, journaliste au Figaro avec laquelle le Premier ministre vivra une passion plus ou moins secrète de deux ans. Les amants ne sont en effet pas toujours cachés : en 1976, en plein voyage officiel en Inde, des journalistes médusés les verront marcher collés l’un à l’autre, sous le nez de Bernadette, lors d’une halte au Taj Mahal. « On avait l’impression qu’il faisait l’amour, c’était gênant« , se souviendra Catherine Nay. Humiliée à l’arrière du cortège, Bernadette n’est pourtant pas au bout de ses peines. Après la visite au « temple de l’Amour », son homme s’engouffre dans une voiture officielle et… oublie sa femme. Douloureux, d’autant qu’une dernière humiliation viendra de l’AFP, avec une photo de Jacques Chirac et sa maîtresse présentée comme « son épouse« . Nul doute que « Jacquot » s’est fait, encore une fois, remonter les bretelles.

Crédits photos : Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet