Les soins énergétiques, une façon efficace de prendre soin de sa peau ?
  • Qu’est-ce qu’un soin du visage énergétique ?
  • Un complément aux soins esthétiques conventionnels
  • Quels résultats ?
  • Quid de l’impact écologique de cette tendance ?

“Regarde toi dans le miroir. Maintenant, souviens-toi de la dernière fois où tu t’es sentie extrêmement heureuse, forte ou bien dans ta peau. Ça te revient ? La sensation aussi ? Alors, regarde toi à nouveau dans le miroir. Qu’est-ce que tu vois ?” Voilà comment a débuté notre test de Magnetic Glow, le nouveau soin du visage qui a le vent en poupe à Paris.

Une introduction en la matière, déroutante, qui nous oblige d’emblée à penser la beauté autrement qu’en des termes esthétiques. Après quelques minutes, soutenir son regard se fait plus facilement mais les émotions remontent. Puis, penser à quelque chose qui nous a fait du bien et se regarder à nouveau dévoile un visage totalement différent. Il est plus ouvert. Plus lumineux.

C’est l’idée de ce soin : observer que ce qu’il se passe à l’intérieur a une influence sur l’extérieur. À cela, Jalila Levesque, la créatrice du “Magnetic Glow”, associe tout un protocole, à l’instar d’un soin de beauté classique, sauf qu’au lieu des traditionnels masques, gommages et crèmes, c’est à des cristaux et des fréquences sonores – dont les ondes hertziennes ont été savamment choisies pour relaxer et entrer dans un état méditatif, d’aromathérapie et de magnétisme – que notre épiderme s’en remet.

Bienvenue dans le monde des soins du visage énergétiques, entre coups de coeur et coups de bluff.

Qu’est-ce qu’un soin du visage énergétique ?

Les soins du visage énergétiques puisent leurs protocoles dans les thérapies dites non conventionnelles. Ces dernières pensent la beauté et le bien-être comme un tout en prenant en compte le physique, l’émotionnel, le mental et le spirituel tout en s’aidant de beauty tools comme le Gua Sha, des rollers de jade ou encore des aiguilles d’acupuncture. On parle également de beauté holistique, du grec “holos” qui signifie “entier”.

L’objectif est de redonner éclat et tonicité à la peau, de lisser les rides et les ridules sans opérations invasives. Cette nouvelle génération de soins s’inspire de la médecine traditionnelle chinoise et de la tendance “New Age” née en Californie dans les années 1970. On retrouve notamment beaucoup l’usage de la lithothérapie, cet art d’apaiser grâce aux cristaux qui connait un véritable boom depuis cinq ans. Ce phénomène vient répondre à une quête de sens et d’équilibre croissante dans un monde où la crise sanitaire renforce le sentiment de perte de repères.

Nombreux sont celles et ceux qui se tournent alors vers des solutions alternatives naturelles pour être plus proche de la Nature. “Cela fait sept ans que je suis responsable de la section cristal et santé du salon Minéral & Gem (3e salon mondial et 2ème salon européen autour des pierres et des minéraux, NDLR) et on note un intérêt grandissant massif pour la lithothérapie. Un intérêt autant de la part des exposants que des visiteurs. C’est flagrant”, affirme Anaïs Masson.

https://www.instagram.com/p/B9bxLODlYIi/

Un complément aux soins esthétiques conventionnels

Étonnamment, cette tendance s’inscrit aussi dans une époque où l’image de soi et des autres n’a jamais été aussi importante.

Depuis quelques années, les actes de chirurgie esthétique connaissent un véritable essor, dû notamment aux réseaux sociaux. Selon la Société américaine de chirurgie plastique et esthétique (American Society of Aesthetic Plastic Surgery), les actes de lifting ont augmenté de 21,8 % entre 2013 et 2018 aux Etats-Unis et notamment de 21,9 % rien qu’entre mars 2017 et mars 2018.

Face à cela, cette nouvelle génération de soins du visage se pose comme une alternative non invasive, à utiliser en prévention du vieillissement prématuré de la peau et/ou en complément d’actes de médecine et chirurgie esthétique.

“Chacun est libre de faire ce qu’il veut. Il est tout à fait possible de se faire des injections tout en ayant recours à des soins plus holistiques, assure Nathalie Challulau, facialiste énergétique. Les consommateurs agissent davantage en conscience et savent aussi que nos soins ne visent pas l’impossible. Une peau profondément abimée n’aura pas les mêmes résultats qu’une peau plus saine ou mieux entretenue. Chacun a un rôle à jouer. Tout est complémentaire.”

Ces deux mondes qui semblent donc à première vue opposés, vivent en parfaite cohabitation comme en témoigne Clara : “Personnellement, il m’arrive de faire des injections au niveau de la ride du lion pour m’enlever ce côté sévère alors que je n’ai que 32 ans, tout en consultant régulièrement une facialiste afin qu’elle aide ma peau à paraitre plus lisse et plus éclatante sans avoir recours à davantage de chirurgie.”

Quels résultats ? 

Il serait vain d’espérer des résultats magiques et un soin du visage énergétique n’aura jamais l’effet d’un lifting de chirurgie esthétique. Quelques résultats se constatent malgré tout.

“Je n’approuve absolument pas quand on assure qu’un quartz rose a des effets anti-âge, tout simplement parce que ce n’est pas vérifiable concrètement, affirme Regina Martino, bioénergeticienne et gébiologue. Mais les cristaux sont dotés d’ondes qui font du bien énergétiquement au corps. En les associant à des techniques manuelles de massage comme le Kobido par exemple alors là, il y aura des effets.”

Delphine Langlois, facialiste et co-fondatrice de L’Académie des facialistes se sert notamment d’un masque façon cotte de maille composé de quartz rose en complément de son massage qui vient drainer la lymphe et stimuler la micro-circulation du visage : “Les pierres ont un touché doux et un contact différents de celui de nos mains. Elles aident à la décontraction musculaire, permettent de travailler en détail au niveau des yeux grâce au Gua Sha par exemple et favorisent l’effet décongestionnant ou au contraire tenseur et lissant si on les utilise fraîches ou chaudes”, explique-t-elle.

Chaque soin de ce type possède ses propres vertus, qui dépend des techniques utilisées. Ainsi, Céline Claret-Coquet a mis en place un lifting anti-âge grâce à l’acupuncture. Sa méthode qui consiste à disposer les micro-aiguilles très rapidement sur des points clés du visage vient jouer sur les contractions des muscles du visage tout en favorisant une meilleure circulation des énergies via les méridiens. La peau apparait plus lumineuse et plus lisse.

Bien sûr, à la différence des actes de médecine ou de chirurgie esthétique, les soins énergétiques demandent à être réalisés plus fréquemment. 

Quid de l’impact écologique de cette tendance ? 

Dès lors que l’on puise les ingrédients nécessaires à une pratique au sein de la nature, nous ne pouvons pas faire semblant d’ignorer que celle-ci peut avoir des conséquences écologique et humaine néfastes. Ainsi, dans son article publié en 2019 par The Guardian, “Sombres cristaux, la réalité brutale derrière un engouement pour le bien-être en plein essor”, Tess Mc Clure dénonce l’envers du décor du business florissant des gemmes. 

“Il y a cinq ans, les cristaux n’étaient pas un gros problème, écrit-elle. Maintenant, alimentés par la combinaison lucrative de l’esthétique conviviale des réseaux sociaux, de la spiritualité cosmique et du mastodonte du bien-être apparemment imparable, ils sont passés d’une bizarrerie de niche associée au patchouli et au velours à un phénomène de consommation mondial.” 

La journaliste poursuit en mettant la lumière sur Madagascar, “l’un des pays les plus pauvres du monde”, mais au sol riche en pierres très recherchées : “Quartz rose et améthyste, tourmaline et citrine, labradorite et cornaline : Madagascar les a tous”. Une profusion loin d’être une bénédiction pour la population : “Plus de 80% des cristaux sont extraits ‘artisanalement’ – c’est-à-dire par de petits groupes et familles, sans réglementation, qui sont payés à des prix défiant toute concurrence”, explique Tess Mc Clure, qui s’est rendue directement sur place pour se rendre compte de l’ampleur des dégâts. Pour les extraire, enfants et adultes sont largement exploités, mettant chaque jour leur santé et leur vie en jeu dans les profondeurs des mines. “Les roches brisées créent de la poussière fine et les particules de quartz peuvent pénétrer profondément dans les poumons. Là, ils s’infectent, enflamment les cellules environnantes, augmentant le risque de cancer du poumon et de silicose”, détaille-t-elle.

“Comme pour toutes les ressources fossiles, les pierres sont une ressource non-renouvelable, peut-on aussi lire sur un article publié par Consoglobe.com. On sait déjà que l’industrie des métaux et pierres précieuses, comme l’or ou les diamants, est extrêmement polluante et source de violences. C’est également le cas pour les cristaux utilisés dans le cadre de la lithothérapie.” S’assurer de la provenance est donc primordial lors de l’acte d’achat. Au-delà de leur traçabilité, il faut également être attentif à d’autres indicateurs comme leur prix (souvent très attractifs ils peuvent être synonymes d’une qualité discutable) ou les revendeurs qui les proposent. 

https://www.instagram.com/p/B7yYA44Anui/

Plus d’informations sur les soins évoqués :

  • Magnetic GlowTM : 1h – 120 euros, à domicile ou en résidence dans des hôtels partenaires, Instagram @Magnetic.Glow
  • Le jardin précieux de Delphine aux pierres de quartz rose : 1h20 – 250 euros, à La Garennes-Colombes ou Paris 8ème, delphinelanglois.com
  • L’Aculitfting de Maison Claret-Coquet : 45 min – 150 euros / 5 séances – 650 euros, à Lyon et Paris, celineclaretcoquet.com
  • Massage Visage et Gua Sha de Nathalie Challulau : 1h – 90 euros, Chemin de la Brunette, 13100 Le Tholonet, nathaliechallulaumassages.com
  • Le lift coréen, une brumisation d’actifs pour une peau parfaite en quelques minutes
  • La génioplastie, une technique pour un nouveau menton sans chirurgie

Source: Lire L’Article Complet