Cheveux rose, lilas, ciel… La coloration pastel fait souffler un vent de douceur sur la Fashion Week new-yorkaise

Cette saison, aux abords des défilés, les cheveux font autant parler d’eux que les tenues. Et ce, grâce à une palette de colorations aussi douces que joyeuses.

La saison précédente, les colorations laissaient exploser la joie de se retrouver. Orange vitaminé, bleu franc ou encore fuchsia triomphant, rien n’était trop voyant pour se faire remarquer aux abords des défilés new-yorkais. Comme l’explique le coiffeur et coloriste Christophe-Nicolas Biot, «le cheveu est un outil qui redevient indispensable à la personnalisation».

Du roseguimauve par touches… (Fashion Week New York prêt-à-porter printemps-été 2022)

En carré inversé frangé… (Fashion Week New York prêt-à-porter printemps-été 2022)

…et même en version Barbie. (Fashion Week New York prêt-à-porter printemps-été 2022)

Le bleu ciel, une autre option décalée. (Fashion Week New York prêt-à-porter printemps-été 2022)

Le triomphe modeste

Cette saison, la couleur est toujours de mise mais dans un tempo différent. L’heure se veut davantage à la douceur et aux tons pastel. Comme si, un peu échaudées par les confinements successifs, les invitées des défilés n’osaient se réjouir trop vite du vrai retour des défilés en présentiel et avaient le triomphe modeste.

Mais qui dit variations guimauve ne dit pas pour autant ennui. Opter pour des cheveux lavande ou bleus reste un pari audacieux. Grand gagnant de ce mois de septembre, le rose joue la carte marshmallow quand il ne flirte pas avec l’esprit Barbie. Le bleu ciel, lui, se porte en all-over et donc de manière complètement assumée.

Le lilas ou le lavande peut aussi avoir tout son intérêt, notamment à la suite de son grand succès dans les collections de prêt-à-porter où il est très présent depuis deux saisons.

Le vert lui s’autorise davantage un coloris franc mais par touches légères pour davantage de discrétion. Rappelant au passage une tendance rétro issue de la fin des années 1990 et du début des années 2000 où le mascara coloré permettait de jouer avec ses mèches de manière éphémère et surtout discrète. Autre pari intéressant : son association avec du bleu pour un effet bicolore. Quant aux colorations qui passeraient presque pour plus « classiques » telles que le blond polaire ou le orange carotte, elles continuent à trouver leur place même si elles se font plus rares. Le prérequis ? Se faire remarquer en assumant l’esprit artifice, loin de la tendance naturelle qui a pu émerger ces derniers temps.

Source: Lire L’Article Complet